Présentation de l’AFMJF

 
Partager cet article »»
 

Objet de l’Association Retour à la table des matières

L’Association Française des Magistrats de la Jeunesse et de la Famille a pour objet

  • d’étudier les problèmes juridiques et judiciaires de l’enfance et de la famille en France et à l’étranger.
  • de promouvoir dans l’intérêt des mineurs et de leurs familles toute amélioration du fonctionnement des juridictions compétentes.
  • de recenser et d’analyser les difficultés pratiques rencontrées par les magistrats de la jeunesse et de la famille dans l’exercice de leurs fonctions ainsi que de recueillir leur avis.
  • de se faire leur interprète auprès des autorités politiques, administratives et judiciaires.
  • d’étudier le statut et la formation des magistrats spécialisés et de leurs collaborateurs, la création, l’organisation et le fonctionnement des services ou institutions appelés à coopérer avec les magistrats spécialisés.

Son organisation Retour à la table des matières

L’Association est administrée par un comité directeur composé de six délégués nationaux élus par l’Assemblée Générale (renouvellement par moitié tous les deux ans) et de 12 délégués régionaux et leurs suppléants, élus par les adhérents de leurs régions (renouvellement également par moitié tous les deux ans).

Le comité directeur élit un bureau. Cette organisation vise tout à la fois à assurer la nécessaire efficacité d’action à sa tête, et une décentralisation favorisant la prise en compte des besoins et l’originalité de chaque région géographique.

Ses moyens Retour à la table des matières

L’Association s’attache à créer des échanges tant sur le plan régional, national, européen qu’international.

Elle porte à la connaissance des différentes directions du Ministère de la Justice, les préoccupations de ses adhérents (équipement des Tribunaux pour enfants - problème d’effectifs - stabilité du personnel - évolution du secteur public et du secteur privé etc…).

Elle s’efforce d’organiser la confrontation permanente des pratiques professionnelles entre les magistrats de la jeunesse, de faire le lien avec les praticiens du champ éducatif et psychologique et la direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Elle propose des solutions concrètes aux difficultés rencontrées.

L’Association est consultée par les différents ministères concernés sur l’opportunité et la pertinence de divers projets de lois, décrets ou arrêtés.

Elle s’attache également à attirer l’attention des institutions politiques et sociales sur la question des mineurs à travers des rencontres ou des auditions par les commissions idoines de l’Assemblée Nationale, du Sénat et du Conseil Économique et Social…

Elle apporte son concours à diverses institutions et associations nationales, en particulier à l’Institut des Hautes Études Judiciaires, à l’École Nationale de la Magistrature, à l’Institut des Hautes Études sur la sécurité intérieure.

Elle participe par l’intermédiaire de tel ou de tel de ses membres à divers colloques, séminaires et formations.

Elle assure elle-même la diffusion de certains documents pratiques (jurisprudence, exposés, conférences, notes techniques de ses adhérents).

Elle a créé la revue annuelle Melampous qui mène une réflexion de fond sur des thèmes d’actualité et elle fait paraître la lettre de Melampous qui se veut un organe d’échange et d’information sur les pratiques professionnelles.

Elle adhère et participe aux activités de l’Association Internationale des Magistrats de la Jeunesse et de la Famille.

À qui s’adresse-t-elle ? Retour à la table des matières

Créée en 1947, l’Association s’efforce de regrouper les magistrats spécialisés des Cours d’Appel et Tribunaux. Par le biais de comités directeurs décentralisés, elle favorise les contacts avec les autres magistrats de la jeunesse européens.

Elle s’adresse prioritairement aux Juges des enfants et assesseurs des tribunaux pour enfants, mais concerne également :

  • conseillers délégués à la protection de l’enfance,
  • avocats généraux ou substituts généraux chargés des affaires de mineurs.
  • substituts chargés des affaires de mineurs,
  • juges d’instruction spécialement chargés des affaires de mineurs,
  • juges aux affaires familiales,
  • juges des tutelles.

L’adhésion Retour à la table des matières

Si vous êtes isolés dans vos juridictions,Si vous éprouvez le besoin d’échanger avec des collègues sur les pratiques professionnelles de votre fonction, ou si vous pensez que vos propres difficultés peuvent éclairer l’action commune, permettre de situer les problèmes et de les poser à l’échelon national Adhérez à l’A.F.M.J.F.

Retournez votre bulletin d’adhésion

 
 

publié le samedi 28 juin 2008, par administrateur